2017 Éditions Faton

Éditions Faton

25 rue Berbisey, 21000, Dijon

Tél. : 03.80.40.41.21

E-mail : infos@faton.fr

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
Hyacinthe Rigaud Catalogue raisonné Éditions Faton Ariane James-Sarazin
Hyacinthe Rigaud Catalogue raisonné Éditions Faton Ariane James-Sarazin
Editions Faton Hyacinthe Rigaud Catalogue raisonné

Une version en buste du portrait du contrôleur général des finances Le Peletier des Forts

25 May 2017

Catalogue concerné : I. Catalogue des portraits peints / Portraits d'attribution certaine

Période : Sixième période (de 1719/1720 à 1729/1730)

Numéro déjà catalogué : P.1426 (pages 489-490)

Rubrique concernée : Œuvres en rapport / Répliques ou copies conservées

Nature de la mise à jour : ajout d'une oeuvre

 Fig. 1 : Anonyme d'après Hyacinthe Rigaud, Portrait de Michel Robert Le Peletier des Forts, après 1727, collection particulière

(c) Wannenesgroup

 

 

NOUVELLE RÉPLIQUE OU COPIE

[En buste]

Anonyme d'après Hyacinthe Rigaud

Michel Robert Le Peletier des Forts

Ht. H. 0,70 ; L. 0,56 m

Coll. part.

Hist. : Peint après 1727 ; coll. part. ; vente Gênes, Wannenes Art Auctions, 31 mai 2017, lot 806, repr. (attribué à Rigaud, Portrait d'homme avec perruque, Germain Louis Chauvelin ?).

 

 

 

L'identification du ministre représenté dans la belle réplique du musée des Augustins (Fig.2) à laquelle fait référence le catalogue de la présente vente Wannenes à Gênes pour appuyer sa propre hypothèse a été corrigée depuis un certain temps et successivement par plusieurs auteurs [1]. Dans la réplique toulousaine comme dans l'original conservé en mains privées, ainsi que dans les nombreuses versions connues dont celle, réduite au buste, bientôt proposée à la vente, on doit reconnaître non pas les traits du garde des sceaux Germain Louis Chauvelin (1685-1762), mais ceux de son confrère en charge du Contrôle général des finances, Michel Robert Le Peletier des Forts (1675-1740), comte de Saint-Fargeau, qui se fit peindre par Rigaud en 1727 dans une attitude, selon les livres de comptes de l'artiste, entièrement inédite et pour la somme de 3000 livres, ce qui correspond à un grand format jusqu'aux genoux.

 

 

Fig. 2 : Hyacinthe Rigaud et atelier, Portrait de Michel Robert Le Peletier des Forts, 1727, Toulouse, musée des Augustins, inv. RO 219

(c) Toulouse, musée des Augustins, photo STC ville de Toulouse

 

 

Michel Robert était le fils de Michel Le Peletier de Souzy, intendant de Flandre, intendant des finances, puis conseiller au Conseil royal des finances et conseiller au Conseil de Régence, et de Marie Madeleine Guérin des Forts, fille d’un conseiller d’État. Son oncle était Claude Le Peletier, contrôleur général des finances sous Louis XIV. Michel Robert épousa en 1706 Marie Madeleine de Lamoignon de Basville (1687-1744), fille du célèbre intendant du Languedoc [2]. Il fut successivement conseiller au parlement de Metz (1694), puis de Paris (1696), maître des requêtes (1698), intendant des finances en survivance (1700), conseiller d’État semestre (1714), conseiller au Conseil de finance (1715), conseiller au Conseil de Régence (1719), conseiller au Conseil royal des finances (1723), avant d’assumer les fonctions de contrôleur général de 1726 à 1730, date de son renvoi. C’est très certainement à l’occasion de son accession au Contrôle général que Le Peletier des Forts commanda son portrait à Rigaud. L’année 1727 coïncida également avec sa nomination comme membre honoraire de l’Académie des sciences. En 1730, il fut nommé ministre d’État. Bien qu’ayant réussi à stabiliser la monnaie, il ternit sa réputation et son action en se livrant à des pratiques frauduleuses qui renouaient avec celles de Law [3] et qui provoquèrent sa chute, non sans que Germain Louis Chauvelin ne contribuât à celle-ci… Il habitait à Paris dans l’hôtel que son père avait fait construire par Pierre Bullet, rue de la Couture-Sainte-Catherine et possédait depuis 1715 le château de Saint-Fargeau, acquis de Crozat.

 

Outre la toile originale commandée par le modèle, les livres de comptes de Rigaud mentionnent l'exécution de deux répliques dès 1727, l'une à dimensions, c'est-à-dire en grand format (1500 livres) pour le financier Samuel Bernard [4] qui pourrait correspondre à la version signée et datée du musée des Augustins, l'autre réduite au buste pour Jean François Christophe [5] ou Louis Denis [6] de La Live et payée 300 livres. Avec l'exemplaire de la vente Wannenes, nous connaissons désormais deux versions en buste [7] - la seconde, H. 0,68 x L. 0,45 m, a été proposée à la vente par Sotheby's Amsterdam le 7 mai 1993, lot 55, repr., puis à nouveau le 17 novembre 1993, lot 57, repr. (Fig. 3) - sur fond neutre et non sur fond de tenture à ramages comme dans les toiles de grand format, sans qu'aucun indice nous permette de les rapprocher avec certitude de la réplique en buste commandée à l'atelier en 1727. N'ayant pu examiner la version Wannenes qu'à partir des clichés que nous a aimablement communiqués la maison de vente, nous resterons prudente sur son statut, car si le rendu de la cravate en dentelles frappe par sa qualité, le rendu du visage semble beaucoup plus sec. 

 

 

Fig. 3 : Anonyme d'après Hyacinthe Rigaud, Portrait de Michel Robert Le Peletier des Forts, après 1727, collection particulière

(c) Sotheby's

Notes

 

[1] Voir Ariane James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, Editions Faton, 2016, tome II : Le catalogue raisonné, n° P.1426, p. 489-490.

 

[2] Peint en 1718-1719 : ibid., n° P.1330, p. 449-450.

 

[3] Peint en 1719-1720 : ibid., n° *P.1343, p. 457.

 

[4] Peint en 1726 : ibid., n° P. 1423, p. 487-488.

 

[5] Peint en 1732 : ibid., n° *P.1457, p. 511.

 

[6] Peint en 1735 : ibid., n° *P.1485, p. 523.

 

[7] Voir ibid., cité sous le n° P.1426, p. 489. Les écarts de dimensions, notamment en largeur, suggèrent que nous serions bien en présence d'une toile différente de celle de la vente Wannenes (nous avons interrogé la maison de vente au sujet de l'historique de cette dernière, mais elle ne disposait d'aucun élément supplémentaire de la part du propriétaire actuel). 

Pour citer cet article

 

Référence électronique

Ariane James-Sarazin, "Une version en buste du portrait du contrôleur général des finances Le Peletier des Forts", Hyacinthe Rigaud (1659-1743). L'homme et son art - Le catalogue raisonné, Editions Faton, [en ligne], 25 mai 2017, URL : http://www.hyacinthe-rigaud.fr/single-post/2017/03/26/Une-version-en-buste-du-portrait-du-contrôleur-général-des-finances-Le-Peletier-des-Forts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Ariane James-Sarazin Hyacinthe Rigaud Catalogue raisonné
INDEX
  • Black LinkedIn Icon
  • Twitter Basic Black
NEWSLETTER
ARCHIVES
Please reload

L'AUTEUR
Ariane James-Sarazin